QU EST-CE QUE LE DON DE SOI ?

 

 

Le don de soi c’est un acte spirituel extrêmement important qui émane du cœur de l’homme.

 

Le don de soi, c’est l’unique expression que l’homme fait dans l’invisible, car c’est lui qui détermine l’acte du libre choix de l’homme.

 

Le don de soi, c’est la position que le cœur de l’homme adopte après l’écoute de la parole et aussi ce qu’il fait de cette position.

 

 (Attention, ce n’est pas une position apparente, (on parle d’un acte spirituel très élevé) mais c’est ce que ton être prend comme position à l’intérieur).

 

Le don de soi, c’est l’expression du moi profond qui accepte que Jésus-Christ prenne la place centrale en nous.

 

Le don de soi c’est la conviction profonde qui pousse l’homme à donner la suprématie à Dieu en acceptant le gouvernement de la parole de Dieu dans son cœur et sur toute sa vie. (C’est quelque chose qui est interne et qui te pousse à te donner à Dieu, le don de soi ce n’est pas la perfection, tu n’es même pas encore bâti mais tu t’es donné)

 

Le don de soi c’est  en même temps, la compréhension spirituelle de la notion du libre choix de l’homme et l’expression de ce libre choix qui accompagne cette compréhension, et qui pousse l’homme à se déterminer à dépendre totalement de la domination invisible (soit la vie, soit la mort selon la compréhension qu’il a saisi de la parole annoncée) à laquelle il choisit d’appartenir depuis son cœur, et exprime dans le monde visible les commandes de son choix selon le lien d’appartenance auquel il est attaché.  Le danger au don véritable de soi, c’est de croire qu’on ne peut pas choisir et le choix se fait depuis le cœur, la délivrance s’opère par Dieu lui-même.

 

Le processus pour se donner véritablement à Dieu

 

Si quelqu’un écoute la parole de Dieu et son cœur est véritablement touché, il va se donner à Dieu. Par contre celui qui écoute la parole de Dieu sans que son cœur soit touché il doit constater sur la position de son cœur qu’il n’a pas choisi Dieu, même s’il le désire quand même.

Ce qu’il faudrait donc faire c’est ceci :

 

Prier réellement Dieu qu’il nous aide :  l’homme ne doit pas penser que Dieu choisira à sa place, mais il doit lui-même être honnête avec lui-même, c’est alors qu’en priant, Dieu va nous demander de nous donner totalement à sa parole.

 

C’est lorsque nous entrerons davantage dans sa parole, que finalement, la parole va permettre que nous puissions choisir.

 

Si par la prière et le jeûne Dieu nous demande déjà d’entrer dans sa parole et nous ne le faisons pas, comment allons nous choisir Dieu ?

 

L’homme qui n’entre pas déjà dans la parole même s’il reconnaît qu’il n’a pas choisi, prouve encore qu’il refuse de choisir. Sans la parole de Dieu, nous ne pouvons prétendre nous être donnés à Dieu ou même vouloir se donner à Dieu, tout commencement en Dieu se fait par la parole.

 

L’amour (visible) de la parole de Dieu, c’est déjà le chemin qui va finalement nous conduire au choix véritable de Dieu, après l’amour ou l’attache à la parole, lorsque nous prions, Dieu qui est esprit et vérité, vient nous aider si réellement nous manifestons le désir en étant là où il veut nous voir, c'est-à-dire dans sa parole.

 

Nous devons également savoir que le désir réel ne suffit pas, il faut encore le don de soi

 

Pour ceux qui ne se donnent même pas visiblement à la parole, le problème ne se pose pas, ils n’ont même pas le désir et pour ceux-là, il faut continuer à prier pour qu’ils approchent au moins la parole visiblement.

 

La parole doit aller jusqu’à eux, il faut en réalité continuer à prier pour eux sans relâche. S’ils restent dans l’environnement de la parole, ils finiront par être guéris comme le malade de Jean 5.

 

Jean 5

1 Après cela, il y eut une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem.

2 Or, à Jérusalem, près de la porte des brebis, il y a une piscine qui s’appelle en hébreu Bethesda, et qui a cinq portiques.

 

Béthesda signifie maison des miséricordes. Celui qui sait quand même qu’il est malade, s’il reste à côté de la parole, il finira un jour par guérir en recevant Christ dans son cœur, Dieu est là où il y a sa parole.

Pour beaucoup de gens qui finalement n’entrent pas dans la parole, il leur faut déjà réaliser qu’ils sont malades, ils ont une grosse maladie spirituelle qui doit être guérie.

 

3 Sous ces portiques étaient couchés en grand nombre des malades, des aveugles, des boiteux, des paralytiques, qui attendaient le mouvement de l’eau;

4 car un ange descendait de temps en temps dans la piscine, et agitait l’eau; et celui qui y descendait le premier après que l’eau avait été agitée était guéri, quelle que fût sa maladie.

5 Là se trouvait un homme malade depuis trente-huit ans.

6Jésus, l’ayant vu couché, et sachant qu’il était malade depuis longtemps, lui dit: Veux-tu être guéri?

 

Finalement il faut manifester son libre choix et se donner à Jésus-Christ dans tous les cas.

Jésus-Christ lui-même visite le malade et lui pose finalement la question, veux-tu guérir ?

 

7 Le malade lui répondit: Seigneur, je n’ai personne pour me jeter dans la piscine quand l’eau est agitée, et, pendant que j’y vais, un autre descend avant moi.

 

Le malade explique pourquoi sa maladie persiste. Il annonce les difficultés qu’il a à entrer dans l’eau, pour nous il s’agit de ce qui nous bloque ou empêche de venir se donner totalement à la parole.

 

Nous pouvons remarquer que dans cette piscine tous ceux qui y descendaient étaient aussi des malades (voir verset 3), en d’autres termes celui qui décide d’entrer dans la parole, a aussi des problèmes terrestres comme tout le monde, mais simplement il se donne par décision, ici ce malade avait des prétextes, mais l’amour de Dieu est allé jusqu’à lui pour le guérir.

 

8 Lève-toi, lui dit Jésus, prends ton lit, et marche.

9 Aussitôt cet homme fut guéri ; il prit son lit, et marcha. C’était un jour de sabbat.

10 Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri : C’est le sabbat; il ne t’est pas permis d’emporter ton lit.

11 Il leur répondit : Celui qui m’a guéri m’a dit : Prends ton lit, et marche.

12 Ils lui demandèrent : Qui est l’homme qui t’a dit : Prends ton lit, et marche ?

13 Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c’était ; car Jésus avait disparu de la foule qui était en ce lieu.

14 Depuis, Jésus le trouva dans le temple, et lui dit : Voici, tu as été guéri ; ne pèche plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire.

 

Ici nous comprenons que cette guérison est purement spirituelle, et Jésus-Christ lui dit va et ne pèche plus, il faut donc qu’il entre et demeure dans la parole.

Il continuait à pécher parce qu’il trouvait des prétextes pour ne pas entrer dans l’eau, c'est-à-dire pour ne pas se donner totalement à la parole, Jésus-Christ par pure grâce est venu jusqu’à lui le guérir parce qu’il restait néanmoins au bord de l’eau, maintenant il faut qu’il entre dans l’eau, en d’autres termes qu’il se donne totalement à Dieu pour entrer dans la vie.

 

Dieu délivre celui qui a choisi, et si une personne ne se donne pas réellement à Dieu, elle ne peut pas vivre une réelle délivrance. Attention, il ne faut pas confondre délivrer et guérir celui qui souffre. Souvent Dieu par miséricorde guérit celui qui souffre et qui le lui demande ou accepte d’être guéri lorsqu’il reconnaît qu’il souffre.

Mais délivrer c’est sortir l’homme du pouvoir dominant du diable qui règne sur lui par la mort.

 

Souvent beaucoup d’enfants de Dieu pensent que c’est la délivrance qui détermine le choix, non la délivrance s’opère après le choix.

 

Le don de soi c’est l’expression de la désunion totale que l’homme manifeste depuis son cœur avec les œuvres du diable. Ce refus profond permet donc à celui qui se donne à Jésus-Christ de le suivre pour être délivré et vêtu par Christ lui-même.

 

Jésus-Christ est le chef des dominations et des autorités, il anéantit les forces des ténèbres dans la vie de celui qui se donne

 

Christ est le chef des dominations et des autorités.

 

La bible nous dit dans Ephésiens 1, 21 que Christ est au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir.

Ça nous semble évident lorsqu’on parle de Christ qui est au-dessus de toutes ces forces des ténèbres.

 

Nous devons savoir que Christ est venu bâtir son église pour triompher, pour vaincre le diable. C’est l’église qui doit anéantir en son nom toutes ces forces des ténèbres qui sont dans l’invisible.

 

Pour anéantir les forces des ténèbres qui sont dans l’invisible, il faut que tu te sois donné à Jésus-Christ ! Christ ne demande pas qu’on soit parfait mais simplement qu’on se soit donné à lui. Et nous disons se donner parce que l’homme Adam s’est donné au diable et le dernier Adam qui vient anéantir le pouvoir du diable te demande de te donner afin d’exprimer ainsi ton libre choix de quitter la mort qui est en toi. Jésus-Christ demande seulement de se donner car tout ce qu’il va faire dans la vie de l’homme c’est à partir du don véritable de soi. 

 

Apôtre Noussi

04 MAI 2008