LE PARDON DU CHRETIEN

 

Lorsqu’il est dit que le pardon libère, c’est parce que c’est grâce au pardon de Christ que nous sommes tous libérés du joug du diable, du joug de la mort.

                                       

Il faut noter que c’est le pardon de Dieu qui permet d’ôter le péché de l’homme, Dieu nous a pardonné par Jésus-Christ qui est l’Agneau qui ôte nos péchés. Lorsque Dieu pardonne, il ôte aussi le péché.

C’est l’acte du pardon qui sépare tout homme véritablement du diable.

 

Jésus-Christ est le pardon de Dieu pour l’homme qui le reçoit car il va accomplir en lui la totalité de l’action du pardon, il va enlever le péché de celui à qui il pardonne, et il va mettre sa vie qui est la finalité réelle du pardon.

 

Tout homme de foi doit impérativement pardonner, l’église est censée porter la vie de Christ et doit la transmettre, sans le pardon véritable elle ne peut même pas accomplir sa fonction.

 

Combien de fois le Chrétien doit pardonner ?

 

En réalité il doit le faire tout le temps, le pardon ne doit jamais être quantifié car Dieu n’a pas quantifié notre pardon.

 

L’église c’est le corps de Christ sur la terre, il faut noter que le sang qui lui a donné naissance, c’est le sang du pardon, elle vit par le sang du pardon de Christ pour elle-même accomplir l’œuvre de Christ sur la terre, en permettant que le pardon de Dieu soit accessible aux hommes sur la terre.

 

Notons dans Matthieu 16 qu’avant de parler du pardon dans Matthieu 18, Dieu a proclamé qu’il va donner à l’église bâtie la clef du royaume des cieux et le pouvoir de lier et de délier dans les cieux et sur la terre.

 

En réalité la clef du royaume des cieux, c’est bâtir l’église et lui donner la capacité d’être comme Christ qui est celui qui est venu sur la terre donner accès à la vie de Dieu aux hommes.

 

Pour donner la vie de Dieu aux hommes, il faut bien évidemment pardonner aux hommes et lier ou anéantir les œuvres du diable.

 

En réalité pardonner, c’est délier l’homme pour qu’il se donne à Dieu, et lier le diable pour l’empêcher de nuire à l’œuvre du salut.

 

Matthieu 18

21 Alors Pierre s’approcha de lui, et dit: Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi? Sera-ce jusqu’à sept fois?

 

En ce qui concerne le frère, il faut toujours lui pardonner, il faut le faire jusqu’à ce que l’église termine le travail, donc en réalité il faut le faire tout le temps.

 

Celui qui n’est pas frère est dans l’inimitié contre Dieu, il faut savoir que Christ est le pardon de Dieu pour l’humanité et donc celui qui a reçu Christ doit toujours offrir à l’humanité le pardon comme Christ, car c’est en quelque sorte sa nature. (Il a reçu Christ parce que Dieu a décidé de lui pardonner).

 

22 Jésus lui dit: Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois.

 

Que devient l’homme de foi qui refuse dans son cœur de pardonner à son prochain ?  En d’autres termes, qu’arrive-t-il à celui qui refuse de pardonner à son prochain ?  Celui qui refuse de pardonner alourdit son propre sort.

 

23 C’est pourquoi, le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs.

24 Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents.

25 Comme il n’avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu’il fût vendu, lui, sa femme, ses enfants, et tout ce qu’il avait, et que la dette fût acquittée.

26 Le serviteur, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit: Seigneur, aie patience envers moi, et je te paierai tout.

 

L’homme qui demande pardon à Dieu doit savoir qu’il ne peut pas payer le prix de son péché.

 

27 Emu de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette.

 

Dieu annule le péché de celui qui demande pardon.

 

28 Après qu’il fut sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers. Il le saisit et l’étranglait, en disant: Paie ce que tu me dois.

 

Une personne qui nous fait du mal en réalité nous est redevable dans l’invisible, et à cause de cela elle s’expose (suivant la loi du talion), mais du fait que nous ayons reçu le pardon de Dieu à qui nous devons plus que le mal que l’on peut nous faire, nous devons nous-mêmes pardonner pour tout.

 

Mais remarquons que l’attitude de l’homme égocentrique est souvent à l’oubli, il oublie qu’il a été lui-même pardonné par Dieu.

 

29  Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant: Aie patience envers moi, et je te paierai.

30  Mais l’autre ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu’à ce qu’il eût payé ce qu’il devait.

31 Ses compagnons, ayant vu ce qui était arrivé, furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé.

32 Alors le maître fit appeler ce serviteur, et lui dit: Méchant serviteur, je t’avais remis en entier ta dette, parce que tu m’en avais supplié,

33  ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j’ai eu pitié de toi?

34  Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu’à ce qu’il eût payé tout ce qu’il devait.

 

Remarquons que celui à qui on a pardonné, lorsqu’il refuse à son tour de pardonner à son prochain, Dieu le livre aux bourreaux, c’est à dire au diable, à cause de son refus de pardonner, il perd le bénéfice de la couverture de son péché, et il anéantit pour lui le principe de la grâce, car il n’a pas pu lui-même faire aussi grâce à quelqu’un d’autre.

Ce principe spirituel est très important et capital à comprendre, car dans la vie du chrétien, beaucoup de choses sont parfois bloquées à cause du pardon.

 

35 C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son cœur.

 

Avec l’analyse de Matthieu 18, on réalise que Dieu donne une règle spirituelle sur le pardon qui en réalité signifie qu’il faut pardonner tout le temps à son frère.

 Apôtre Noussi

24 février 2008