L'APPEL A SUIVRE JESUS 

 

Durant le ministère terrestre du Seigneur, ceux qu’il a ramenés avec lui dans les lieux célestes sont ceux qui ont accepté de le suivre et non ceux qu’il a guéris ou pour lesquels il accompli un miracle quelconque.

 

Le critère de sélection est donc d’accepter de suivre Jésus pour devenir un disciple, c’est à leur sujet qu’il a dit dans :

 

Jean 17:24

Père, je veux que là où je suis ceux que tu m’as donnés soient aussi avec moi, afin qu’ils voient ma gloire, la gloire que tu m’as donnée, parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde.

 

Les chrétiens ne doivent pas penser qu’accepter Jésus c’est le prendre pour assouvir ses passions charnelles, pourtant lorsque nous lisons 1 Pierre 2:11 «Bien-aimés, je vous exhorte, comme étrangers et voyageurs sur la terre, à vous abstenir des convoitises charnelles qui font la guerre à l’âme», nous constatons que Pierre explique au peuple que les convoitises charnelles font la guerre à l’âme. C’est une guerre pour posséder, la chair veut que l’homme demeure charnel pour rester au service du diable alors que l’esprit veut crucifier la chair pour que l’homme spirituel soit au service de Dieu.

 

Nous ne devons pas retenir du ministère public de notre Seigneur Jésus-Christ uniquement son attitude envers la foule mais plutôt l’objectif de sa venue qui était de s’acquérir un peuple.

 

Le Seigneur Jésus-Christ à ce propos disait dans Jean 15:16 "Ce n’est pas vous qui m’avez choisi; mais moi, je vous ai choisis, et je vous ai établis, afin que vous alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, afin que ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne».

 

En d’autres termes, je vous ai choisis parce que j’ai des objectifs que vous devez accomplir, j’ai des choses dans ma pensée pour vous. Je vous ai choisis pour vous façonner et vous confier une mission sur la terre.

 

L’appel à suivre Jésus est la première étape d’acquisition du peuple

 

Matthieu 4:18-22

18 Comme il marchait le long de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et André, son frère, qui jetaient un filet dans la mer; car ils étaient pêcheurs. 19 Il leur dit: Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. 20 Aussitôt, ils laissèrent les filets, et le suivirent. 21 De là étant allé plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère, qui étaient dans une barque avec Zébédée, leur père, et qui réparaient leurs filets. Il les appela, 22 et aussitôt ils laissèrent la barque et leur père, et le suivirent.

 

Suivre Jésus : se joindre à sa suite, accompagner, se joindre comme disciple, devenir ou être un disciple, faire partie de son groupe.

 

  • L’appel à suivre est bien au-delà des limites de nos pensées humaines. Jésus appelle à le suivre, cela signifie qu’il est celui qui nous conduit sur le chemin qui est sien. Ce chemin c’est celui de la vie éternelle selon

 

Jean 14:6

Jésus lui dit: Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.

 

  • L’appel à suivre nécessite une obéissance d’enfant qui est prêt à découvrir et accepte d’incorporer ce qu’il apprend. L’appel à suivre est celui qui mène au salut de notre âme, car suivre permet de réaliser ce qu’on est, et accepter d’aller avec celui qui nous conduit à la vie éternelle.

 

  • L’acceptation nécessite que dans chaque étape de la marche, nous puissions toujours savoir que nous suivons et nous ne définissons pas les conditions pour suivre Jésus, nous venons à Jésus sans lui poser les conditions, la seule chose que nous devons faire c’est accepter ou refuser.

 

  • Au début de l’appel nous pouvons avoir du mal à réaliser et à comprendre correctement les attentes de Dieu, mais le désir de suivre Jésus, même au-delà de la mort doit nous animer. C’est le cas de Pierre qui naïvement dit dans Jean 13:36 «Pourquoi ne puis-je pas te suivre maintenant ? Je donnerai ma vie pour toi».

 

L’intention qu’il avait et son désir étaient suffisants pour que le Seigneur puisse lui faire confiance, le moment venu, il manifesterait la même intention, mais avec une meilleure compréhension.

 

Dans une autre version il est dit :

 

Jean 13:37-38

37 Seigneur, lui dit Pierre, pourquoi ne puis-je pas te suivre maintenant ? Je suis prêt à me défaire de ma vie pour toi. 38 Jésus répondit : Tu es prêt à te défaire de ta vie pour moi Amen, amen, je te le dis, un coq n’aura pas chanté que tu m’auras renié par trois fois.

 

Pour suivre Jésus convenablement, il faut être prêt à accepter de se défaire de sa vie pour le Seigneur et même si nous ne sommes pas suffisamment bâtis pour le faire, il sera beaucoup plus facile pour nous d’accéder à tout ce que Dieu a prévu.

 

  • La meilleure compréhension possible est certes nécessaire, mais il faut aussi que le pouvoir de la mort soit brisé en nous. Christ a vaincu la mort, la peur doit pouvoir nous quitter au fur et à mesure que nous avançons avec Christ.

 

Lorsque le pouvoir de la mort n’est pas brisé en nous, il nous empêche de devenir de vrais disciples prêts à mourir pour Christ, sachant bien sûr que :

 

Matthieu 10 :39

Celui qui conservera sa vie la perdra, et celui qui perdra sa vie à cause de moi la retrouvera.

 

Matthieu 16 :25

Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera.

 

L’appel à suivre Jésus doit aboutir à faire de nous des disciples !

 

Lorsque nous n’intégrons pas correctement le premier niveau d’appel à suivre Jésus, comprenant que c’est lui qui nous conduit, le suivre signifie faire abstraction de ses propres pensées et suivre ce que le Maître a à nous dire, c’est possible, même si cela n’est pas toujours facile pour l’homme charnel.

 

Celui qui suit Jésus le fait tel qu’il est d’abord car Jésus n’est pas venu pour les justes, mais l’injuste deviendra juste par son obéissance qui sera le pur produit de sa foi en Jésus.

 

  • Chaque étape du suivi doit être correctement franchie, même lorsqu’il nous donnera sa chair à manger (Jean 6, 43-59) et son sang à boire (la nouveauté de vie). Il nous appelle à le suivre dans toutes les étapes pour bien bénéficier de ce qu’il va nous apprendre et surtout d’obéir aux recommandations.

 

Jean 8:31

Jésus donc, disait aux Juifs qui avaient mis leur foi en lui : Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples

Jean 15:8 

Mon Père est glorifié en ceci : que vous portiez beaucoup de fruit et que vous soyez mes disciples.

 

  • Nous suivons le Seigneur pour devenir ses disciples, la nouvelle naissance n’est que le début du processus, mais ce n’est pas l’aboutissement. Nous suivons le Seigneur pour devenir comme lui, des fils de Dieu capables d’accomplir les désirs du Père.

 

Jésus dit à Nicodème «si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu». La nouvelle naissance c’est le début du processus, qui dit royaume dit règne de Dieu !

 

L’aboutissement du processus est d’établir le règne de Dieu et cela commence par l’église individu. Bien évidemment pour établir le royaume, il faut y entrer soi-même. Nous entrons dans le royaume lorsqu’il est bâti en nous et c’est par Christ que cela est possible. Le fait de  voir, c’est la nouvelle naissance, et après avoir vu, il faut notre engagement dans la marche et cette marche s’opère par la foi.

Ainsi, nous marchons pour entrer dans le royaume et y demeurer. Par la marche, nous quittons un lieu vers un autre que nous voyons déjà parce que nous sommes nés de nouveau, nous quittons le royaume des ténèbres vers le royaume de lumière car nous avons recouvert la vue. 

 

  • L’appel à suivre Jésus vise une chose capitale, faire de nous des supports visibles du règne de Dieu sur la terre.

 

Lorsque nous sommes prêts à suivre Jésus même au-delà de la mort, c’est alors que nous pouvons devenir des disciples, et un disciple accompli sera comme son maître, et si nous sommes comme Jésus, nous allons être capables de faire régner Dieu.

 

Luc 6 :40

Le disciple n’est pas plus que le maître; mais tout disciple accompli sera comme son maître.

 

Jean 12:26

Si quelqu’un me sert, qu’il me suive; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, le Père l’honorera.

03 janvier 2005

Apôtre NOUSSI