LA PUISSANCE DU NOM DE JESUS-CHRIST

 

 

 

 

 

Jean 15:1

Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron.

 

Le seigneur utilise ici l’illustration de ce que peut être une plantation de raisins pour montrer en réalité une représentation de lui et ses disciples pour que l’homme de foi réalise qu’il ne peut rien accomplir en « électron libre», car tout ce qu’il est ou qu’il va produire, c’est par rapport à sa relation avec Jésus-Christ.

 

C’est pourquoi il prend cet exemple en agriculture, et montre que c’est lui le pied de la vigne, « le cep».

Les sarments ce sont des rameaux (petites branches, ou rameaux de vigne) qui sont reliés au pied. Ces branches n’existent et ne produisent que par rapport à leur relation avec le pied de la vigne.

En réalité elles tirent toute leur substance productive du cep.

 

2 Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche ; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit.

 

Remarquons qu’en agriculture, les mauvaises branches sont coupées car elles risquent de contaminer les autres. Ici, ne pas porter les fruits de la parole de Christ, c’est être comme une mauvaise branche qu’on retranche.

 

En revanche, celui qui porte du fruit de la parole de Christ, c'est-à-dire qui applique dans sa propre vie la parole de Jésus-Christ, va être émondé par la parole, et il produira encore plus du fruit, ou encore il sera vraiment une représentation visible de la parole de Jésus-Christ.

 

3  Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée.

4  Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi.

 

L’homme de foi ne peut rien faire s’il ne s’appuie sur Jésus-Christ. En réalité il doit demeurer dans la parole de Christ, et la parole aussi doit demeurer dans son cœur.

 

Lorsqu’on analyse ce passage, on pourrait se demander pourquoi une telle insistance sur demeurer en moi et que je demeure en vous ?

 

En réalité l’homme n’a pas d’existence propre en tant qu’homme, il est le porteur dans son âme d’une parole donnée, donc dans l’invisible, il peut représenter un des deux arbres qui étaient au cœur du jardin selon qu’il en mange ou non, soit l’arbre de la vie, ou l’arbre de la connaissance du bien et du mal.

 

Donc de ce fait, nous pouvons dire que l’existence de l’homme se définit selon le type de parole qu’il porte en lui, soit qu’il porte dans son cœur la parole de la vie issue de Jésus-Christ, soit qu’il porte la parole mensongère issue de l’arbre de la connaissance du bien et du mal.

 

Le Seigneur fait ainsi comprendre qu’en réalité il n’y a pas de neutralité de demeure pour l’homme.

« L’homme ne peut pas dire que je suis neutre, je n’ai ni la parole de Jésus-Christ, ni la parole mensongère du diable ».

 

L’homme qui ne demeure pas en Christ et en qui Christ ne demeure pas, demeure forcément avec le diable, ceci peut sembler parfois choquant, alors que c’est un principe spirituel qui est réel, n’oublions pas que Jésus-Christ dit dans Jean 14, 30 que le diable vient, il n’a rien en moi.

 

C’est le Seigneur qui révèle ainsi que le diable lorsqu’il s’approche d’une personne, il recherche ce qu’il possède dans la personne, il s’agit d’un type de parole dans laquelle il se reconnaît et en l’occurrence c’est l’arbre de la connaissance du bien et du mal.

 

S’il arrive et trouve par exemple dans une personne l’égocentrisme, la méchanceté, les œuvres de la chair, etc.…, il va se reconnaître et il va donc soutenir les actions démoniaques qui en réalité sont l’expression par l’homme ignorant de la nature démoniaque de l’ennemi.

 

Il convient de noter que toute personne qui ne demeure pas en Christ et en qui Christ ne demeure pas, exprime en réalité la nature démoniaque du diable, même sous des apparences gentilles, et des airs de bonté, le seul critère de classification spirituelle, c’est le type de parole qui est dans le cœur de l’homme.

 

On ne s’invente pas dans une parole donnée, surtout la parole de Jésus-Christ, il ne faut pas qu’une personne qui ne connaît pas Jésus-Christ, ou qui entend la parole une fois estime qu’elle demeure en Christ et que Christ demeure en elle, non !

C’est plus profond que cela, tout homme pécheur par nature demeure dans la parole mensongère du diable.

 

Pour que Jésus-Christ sorte une personne donc du péché, il faut que la personne qui accepte Jésus-Christ par la foi, entre dans la foi véritable et obéisse totalement à Jésus-Christ, c’est le seul critère qui va permettre au Seigneur de lui communiquer la parole et d’opérer le changement depuis son cœur.

 

 C’est alors qu’on pourra assister :

 

-           à la nouvelle naissance selon les principes communiqués dans Jean 3 sur l’entretien du Seigneur avec Nicodème,

 

-           à l’acceptation de renoncer pour suivre Jésus-Christ selon les principes de Matthieu 16.24, 

 

-           à l’impact de la croix dans le cœur et aussi au traitement que la parole va faire dans le cœur selon les principes d’hébreux 4.12, bref et beaucoup d’autres principes encore pour que l’homme de foi devienne donc une personne qui demeure en Christ et en qui Christ demeure.

 

Jean 16

7 Cependant je vous dis la vérité : il vous est avantageux que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous ; mais, si je m’en vais, je vous l’enverrai.

8 Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement :

9 en ce qui concerne le péché, parce qu’ils ne croient pas en moi ;

10 la justice, parce que je vais au Père, et que vous ne me verrez plus ;

11 le jugement, parce que le prince de ce monde est jugé.

 

Il faut savoir que c’est le Saint-Esprit qui convainc, la parole c’est d’abord un esprit, et la parole de Christ est esprit et vie, donc celui qui convainc le cœur de l’homme pour entrer dans la vie que Jésus-Christ offre c’est le Saint-Esprit. Il convainc l’homme pour qu’il croit en Jésus-Christ, il convainc l’homme de ce que Christ a accompli pour lui, il a tout accompli pour qu’il soit justifié par la foi, il convainc l’homme qu’en réalité, l’ennemi sera condamné pour toujours.

 

12  J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant.

13 Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.

 

C’est le Saint-Esprit qui conduit dans la vérité de la parole, c’est lui qui donne des adaptations précises de la parole de Christ.

Il faut savoir que connaître la parole et appliquer précisément la parole sont deux choses, car l’homme peut connaître et ne pas appliquer précisément la parole, et demeurer dans l’ignorance devant Dieu car la connaissance en réalité vise la bonne application de la parole, ou encore la mise en pratique correcte de la parole pour anéantir le diable.

 

14 Il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera.

15  Tout ce que le Père a est à moi; c’est pourquoi j’ai dit qu’il prend de ce qui est à moi, et qu’il vous l’annoncera.

 

L’annonce de la parole de Dieu ce n’est pas un conte plein d’intrigues comme dans le « bourgeois gentilhomme », ni des parties de jeux dans la « cour du roi Peteau », l’annonce de l’évangile c’est transmettre la parole puissante de Jésus-Christ pour libérer l’homme de la domination du diable.

 

L’ennemi dans le monde n’a aucune peur de l’homme car il sait qu’il le domine. Il faut que l’investiture officielle soit annoncée afin que même le monde invisible comprenne que le pouvoir que Dieu avait donné à l’homme, et qu’il a transmis par désobéissance au diable, est maintenant à Jésus-Christ car l’homme a décidé maintenant de ne plus obéir au diable, mais à Christ, donc le diable perd tout pouvoir sur l’homme au nom de Jésus-Christ.

 

Nous allons voir qu’en réalité notre Seigneur nous investit parce qu’il a tout pouvoir, il vient redonner à l’homme le pouvoir pour anéantir l’ennemi.

 

Jésus-Christ est le chef des autorités et des dominations

 

 

Colossiens 2

8 Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ.

 

Ici, nous pouvons remarquer que celui qui s’appuie sur les traditions des hommes ne peut pas vaincre le diable, car il devient une proie pour l’ennemi et ne peut pas sortir de la mort pour entrer dans la vie.

De même s’appuyer sur les rudiments du monde, c’est l’ensemble des paroles et raisonnements que le monde présente ou autrement dit, l’ensemble de tout ce qui constitue visiblement le monde. Celui-là ne peut pas vaincre, car il s’appuie sur ce qui fait la force du diable, car selon 1 Jean 5, 19, le monde entier gît sous la puissance du malin.

 

En définitive, il faut avoir pour seul appui, Christ et Christ seul.

 

9 Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité.

10 Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité.

 

Si réellement une personne veut voir Dieu, elle le trouve en Jésus-Christ qui est l’image du Dieu invisible. En réalité pour nous Christ et Christ seul est Dieu et selon 1 Jean 5:20 

C’est lui le Dieu véritable. 

 

1 Jean 5: 20

 Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu’il nous a donné l’intelligence pour connaître le Véritable ; et nous sommes dans le Véritable, en son Fils Jésus-Christ. C’est lui qui est le Dieu véritable, et la vie éternelle.

 

 

Satan domine dans le monde selon 1 Jean 5:19, mais nous devons savoir que Jésus-Christ est le chef des dominations et des autorités, et c’est Lui qui vient bâtir et former des gens qui seront capables d’aller confronter le pouvoir de celui qui tient le monde en captivité afin de les libérer.

C’est pourquoi pour parler de l’évangile de Christ, il faut être investi.

 

C’est par Jésus-Christ que Dieu vient concrétiser l’anéantissement de l’ancien monde par la mise en place dans le nouveau monde d’un peuple de victoire.

 

2/2

Apôtre Noussi

27 JANVIER 2008