LA CROIX C'EST LE LIEU INCONTOURNABLE POUR VOIR PARAITRE L’HOMME NOUVEAU

 

 La mort de notre Seigneur Jésus-Christ accomplit l’anéantissement de l’ancienne nature par la crucifixion de la chair. L’existence du vieil homme prend fin en nous et nous ne pouvons plus accomplir ses désirs.

 

La résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ, c’est l’apparition de l’homme nouveau, l’homme nouveau différent de l’ancien, et qui va être bâti selon le modèle de Christ. Cet homme nouveau sera obéissant totalement à Christ, et vivra pour accomplir les désirs de Dieu sur la terre.

 

La mort et la résurrection de notre Seigneur permettent notre transformation véritable, car nous devenons véritablement un homme nouveau après l’impact réel de la croix en nous.

 

Bien entendu la transformation n’est pas un acte d’un jour. L’homme qui accepte Christ, ne doit pas croire que c’est en une fois qu’on est transformé, mais Christ ayant tout accompli pour ceux qui lui obéissent selon Hébreux 5, 9, dit : «et qui, après avoir été élevé à la perfection, est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel» il met en place un processus de couverture par la grâce, et c’est alors qu’il traite tout au long de notre marche dans l’obéissance, les aspects de notre âme pour nous permettre de concrétiser la vie que nous avons reçue par la foi.

C’est ainsi qu’à chaque aspect du péché, il applique un aspect du salut.

 

2 Corinthiens 5:17

Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.

 

Lorsque Paul nous parle de la nouvelle créature en Jésus-Christ, il fait mention de l’homme nouveau qui apparaît après que l’homme ancien ait subi l’anéantissement à la croix.

 

La technique ou l’opération de victoire qui permet de recréer se fait par la parole et s’opère à la croix.

Notons que sans la mort, il n’y a pas de vie.

 

L’alchimie de l’anéantissement de l’ancienne nature et l’apparition de la nouvelle nature, s’est accomplie à la croix par notre Seigneur Jésus-Christ, afin que nous puissions tous en bénéficier pour paraître en homme nouveau, vivant pour Dieu sur la terre.

 

L’accomplissement que Christ a effectué pour tous ceux qui lui obéissent, devient réel dans nos vies, lorsque le concept du lieu d’accomplissement qui est la croix, est convenablement acquis en nous.

 

La mort et la résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ permettent de quitter la nature du premier Adam, pour revêtir celle du second Adam qui est Jésus-Christ lui-même. Christ est celui qui par sa mort et sa résurrection, ôte en nous l’ancienne nature, pour faire vivre la nouvelle qui est seule capable de plaire à Dieu.

 

La croix c’est le lieu de victoire sur la mort, c’est le lieu du triomphe, l’affrontement entre la vieille nature et l’esprit de Dieu qui va permettre la résurrection de l’homme nouveau capable d’obéir, prend fin par la victoire écrasante de Christ, qui va ainsi anéantir et crucifier le vieil homme.

 

La croix c’est le lieu non seulement du dernier affrontement entre la chair et l’esprit, mais surtout, c’est le lieu de la victoire éternelle de l’esprit, qui va au fur et à mesure de la marche de l’homme nouveau, ponctuer tous ses mouvements, afin que vivant pour Dieu, cet homme spirituel accomplisse les désirs de Dieu.

 

Personne ne peut s’il veut servir Dieu et vivre pour lui sur la terre, outrepasser la croix, le lieu de l’alchimie totale, et victorieux, pour être vraiment un homme nouveau.

 

Cette victoire nous la recevons par la foi en Jésus-Christ qui vient opérer durant notre processus de croissance, l’anéantissement de l’ancien et l’apparition de l’homme nouveau.

 

L’impact de la croix doit permettre que nous devenions conformes à Christ pour servir convenablement Dieu sur la terre.

 

L’homme est le prolongement de Dieu sur la terre, et ce prolongement est tel que notre nature, nos actes, tout ce que nous faisons, doivent être conformes à Christ.

 

En dehors de cette conformité à Christ, nous sommes au service du diable.

 

Notons que sur la terre, les acteurs qui sont les hommes, sont contrôlés par ceux du domaine spirituel. Nous comprenons que dans le domaine de l’invisible, les acteurs portent le nom d’esprit, et dans le domaine du visible, les acteurs sont les hommes.

 

Au fond, puisque le domaine du visible est contrôlé par l’invisible (suivant le principe de primauté de l’invisible sur le visible), les acteurs du domaine du visible sont aussi soumis à ceux du domaine de l’invisible.

 

Dieu nous permet ainsi de réaliser que notre foi doit être plus que pratique, et permettre une réelle transformation de notre part.

 

Aucun homme terrestre ne peut vraiment servir Dieu au sens propre du terme s’il demeure charnel. La grâce que nous avons en Jésus-Christ nous couvre, afin de permettre notre transformation véritable, et nous donner ainsi accès à la vie de Dieu par notre foi.

 

Ephésiens 2:8

Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu.

 

C’est la transformation qui garantira cette conformité car le monde entier git sous l’emprise du péché et la domination du diable. (Romains 3, 23 / 1 Jean 5, 19)

 

Le 1er Adam nous ayant tous conduit à la mort, a ainsi soumis la terre à l’esprit du diable.

 

Le second Adam en la personne de Christ, vient nous redonner notre position, et nous donne une vie nouvelle, une identité nouvelle basée sur la conformité de ce qu’il est lui-même.

 

Romains 5:19

Car, comme par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul beaucoup seront rendus justes.

 

Soit l’homme est à l’image et à la ressemblance du 1er Adam, qui a tout perdu de Dieu et vit sur la terre en soumission au diable, soit l’homme est racheté par le second Adam Jésus-Christ, en qui il déclare une vie nouvelle, qu’il va forcément concrétiser par la mise en pratique, tout au long de son parcours et sa vie de foi en Jésus-Christ.

 

Cette vie nouvelle a été déclarée sur la base de la parole de Dieu, et elle va exister dans le corps de chair (laquelle chair est crucifiée pour laisser la place à Jésus-Christ : la vie par la mort, il faut accepter de mourir pour vivre).

 

Romains 6:3

Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés ?

 

Le baptême signifie plonger dans la parole. C’est une remarque que Paul fait comprendre aux Romains. Nous sommes enseignés afin que par la parole de Christ, nous puissions mourir à la vie charnelle pour vivre une vraie vie spirituelle selon le modèle de Christ.

 

L’enseignement doit produire en nous la mort de l’ancienne vie (qu’on appelle l’homme charnel, la mort véritable en l’homme, le péché, etc.) et la résurrection ou encore une vie nouvelle selon Dieu : c’est le phénomène de la vie de christ en nous.

 

4 Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.

 

C’est la nouveauté de vie qui prouve qu’il y a eu mort de l’ancienne vie, c’est pourquoi Paul assimile la vie nouvelle à la résurrection.

Il n’y a pas de résurrection sans mort, et ce qui prouve la mort c’est la résurrection.

En d’autres termes, nous ne pouvons revêtir l’homme nouveau sans la mort de l’ancien, et ce qui prouve que l’homme ancien est réellement mort, c’est la vie de l’homme nouveau.

 

5 En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection,

 

La conformité à Christ n’est possible que par la mort du vieil homme, et ainsi paraîtra par la puissance de Dieu, la résurrection de l’homme nouveau qui peut seul obéir à Dieu en étant conforme à Christ.

 

Le passage à la croix est incontournable. La compréhension véritable du principe de la crucifixion de la chair est nécessaire pour vraiment servir Dieu.

 

Le lieu de victoire qui certifie et confirme notre conformité à Christ c’est la croix. Le cachet de l’obéissance jusqu’à la mort à la croix se voit dans la crucifixion de la chair.

 

L’homme qui a reçu correctement l’impact de la croix, comprend que c’est là qu’il peut commencer le service véritable de Dieu, car seul l’homme nouveau peut servir Dieu. Le vieil homme ne peut servir Dieu, si tel avait été le cas, le second Adam ne serait pas venu.

 

Mais s’il est venu, c’est parce que l’homme à l’image du premier Adam ne peut pas plaire à Dieu, il ne peut pas le servir, même si sa bouche et certains fait visibles le flattent lui-même, il ne peut marcher en obéissant à la parole de Dieu, cette nature charnelle est désobéissante par essence.

 

L’obéissance de l’homme de foi s’apprécie à la croix, c’est dans la crucifixion de la chair que nos capacités d’obéir à Dieu se révèlent, et c’est alors qu’on peut vraiment reconnaître Christ comme notre Seigneur, car nous avons obéi comme lui là où la confrontation est sanglante : à la croix. Nous triomphons avec lui lorsque nous acceptons ainsi de crucifier nos actions charnelles.

 

6 sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché ;

7 car celui qui est mort est libre du péché.

8 Il est revenu à la vie, et c’est pour Dieu qu’il vit.

 

Pour vivre pour Dieu, il faut mourir à la chair, ce qui signifie que la vie de Dieu est acquise au fur et à mesure qu’on crucifie le vieil homme pour Christ.

 

11 Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ.

12 Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n’obéissez pas à ses convoitises.

13 Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d’iniquité ; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice.

 

La parole est créatrice. Nous savons qu’au commencement était la parole, elle s’est faite chair, l’homme nouveau naît d’eau et d’esprit, et cette naissance se concrétise dans son corps de chair qui finira par montrer le triomphe de l’esprit de Dieu sur la chair.

 

On verra la mort de l’homme charnel et la vie de l’homme spirituel, et cet homme nouveau qui va sur la terre être à l’image et la ressemblance de Dieu. C’est l’église de Jésus-Christ.

 

Pour que l’église puisse se revendiquer sur la terre comme étant le corps exécutif, l’expression du gouvernement de Dieu, il faut impérativement qu’on puisse voir en elle la vie de Christ, il faut qu’elle meure dans la chair pour vivre par l’esprit.

 

Romains 8

8 Or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu.

9 Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas.

 

La preuve que l’esprit de Dieu habite en quelqu’un, c’est son changement de vie.

 

12 Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair.

13 Si vous vivez selon la chair, vous mourrez ; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez

 

L’esprit de Christ en nous ainsi que sa parole permettent de quitter les œuvres de la chair et de produire les œuvres de l’esprit (Galates 5, 17-25)

 

La vie de christ en nous se concrétise seulement par un processus de transformation

 

Romains 6:4

Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.

 

La résurrection est assimilée à la nouveauté de vie, c’est un style propre à Paul pour nous faire voir que ce qui nous donne le pouvoir d’avoir une vie nouvelle c’est la mort et la résurrection de Christ.

 

La transformation commence par une prise de conscience à un niveau élevé de la réalité du monde spirituel et notre devoir de représenter Dieu sur la terre en étant selon le modèle de Christ.

 

Sans la prise de conscience véritable sur la réalité invisible qui s’applique à l’homme déchu, qu’il en soit conscient ou inconscient, l’homme ne peut réellement désirer se séparer de la mort, car la notion de péché sera vécue par lui comme une fatalité alors que Christ est venu ôter les péchés du monde.

 

1 Jean 3:5

Or vous le savez, Jésus a paru pour ôter les péchés, et il n’y a point en lui de péché

 

Galates 1:4

Qui s’est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous arracher du présent siècle mauvais, selon la volonté de notre Dieu et Père

 

Celui qui comprend cette réalité et accepte Christ, va avoir la détermination de bénéficier correctement de la puissance de vie que Christ nous donne, lorsque nous sommes nés de nouveau.

 

Jean 1:12

Mais à tous ceux qui l‘ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu

 

Suivant ce passage, le pouvoir de devenir enfant de Dieu s’exercera tous les jours, au fur et à mesure de notre écoute de la parole, de la compréhension qui en découlera, et aussi de la mise en pratique que nous ferons.

C’est alors que nous quitterons progressivement durant notre marche avec le Seigneur, la mort pour entrer dans la vie.

 

La transformation est un processus qui a pour but de permettre que Christ soit bâti en nous. Elle s’opère au fur et à mesure de notre marche avec le Seigneur.

 

La marche s’opère toujours suivant certaines voies : marcher c’est évoluer avec Dieu dans les voies de Dieu. Notre transformation ou encore notre changement, viendra attester que nous ne marchons plus suivant nos anciennes voies, mais que nous nous conformons à la pensée exacte de Dieu et non plus au siècle présent.

 

Romains 12, 1-2 ; 1 Pierre 1, 14-15 ; Ephésiens 2, 1-7 ; Tite 3, 3-7.

 

La transformation est un acte de volonté délibérée de celui qui accepte de mourir dans sa chair pour vivre par l’esprit (1 Pierre 3, 18 / 1 Pierre 4, 1-3). Personne s’il n’accepte de mourir dans sa chair ne peut être transformé, personne s’il n’accepte de se défaire de la chair ne peut vivre par l’esprit.

 

Après avoir reçu l’esprit de Christ, il faut comprendre qu’il faut passer à l’étape suivante qui est de vivre par l’esprit, et cette vie par l’esprit ne se fera que si nous décidons enfin, de nous défaire de la chair.

 

L’amour véritable de Christ doit être vérifié par notre désir de transformation Jean 14, 21 « celui qui m’aime garde mes commandements », si réellement nous aimons Dieu, nous devons le faire voir par notre obéissance à sa parole.

 

Dieu est la vie et nous ne pouvons pas dire que nous aimons celui qui est vie si nous n’acceptons pas d’obéir à tout ce qu’il nous donne afin de détruire la mort qui est en nous et porter la vie.

 

Dieu lui-même reconnaît ceux qui l’aiment par rapport à notre appréhension des principes de la croix, celui qui aime Dieu doit le prouver en mourant avec Christ pour vivre aussi par Christ car il est le seul sacrifice que Dieu agrée pour l’éternité.

 

Apôtre Noussi

 15 septembre 2010