DE L’AVEUGLEMENT SPIRITUEL A LA REELLE CONVERSION

 

 

Les ruses de l’ennemi ont pour effet principal d’aveugler l’homme sur l’objectif de Dieu, et ainsi le maintenir captif dans l’obscurité par une multitude de choses qui lui sont proposées.

 

L’aveuglement est le principal effet de la ruse de l’ennemi.

 

Genèse 3:1

Nous dit que « Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs….. ».

 

Nous pouvons comprendre « le plus rusé » comme signifiant celui qui disposait des plus grands moyens trompeurs pour parvenir à ses fins.

 

Et la ruse produit la séduction, car l’ennemi se transforme en ange de lumière pour séduire afin de conduire l’homme au péché et l’éloigner de Dieu.

 

2 Corinthiens 11:14

Et ce n’est pas étonnant, car le Satan lui–même se transforme en ange de lumière.

 

Lorsque l’homme est aveuglé, l’objectif du diable est atteint, son cœur est finalement endurci et il demeure dans les ténèbres spirituelles.

 

L’aveuglement ici conduit l’homme dans les ténèbres spirituelles et produit l’endurcissement de son coeur par rapport à Jésus-Christ (la parole de Dieu).

 

Une des conséquences de l’aveuglement spirituel est le fait de ne plus voir Dieu, mais de se voir soi-même.

 

Un aveugle spirituel selon les principes qui découlent de Genèse 2 et 3, est une personne qui est devenue incapable de voir Dieu et se voit elle-même ; c’est celui qui a les yeux ouverts sur lui-même.

 

Notons qu’un grand principe qui permet la guérison des aveugles c’est d’avoir le regard centré sur Christ en arrêtant de se voir soi-même.

 

L’aveuglement sera donc défini comme une incapacité notoire à saisir et comprendre tout ce qui concerne Dieu ; sachant que tant qu’existera en nous la primauté de vue sur tout ce qui nous concerne, il nous sera difficile de guérir spirituellement.

 

La guérison vient par Jésus-Christ. Lorsqu’on la reçoit réellement, l’illumination véritable de Christ nous conduit à ne plus fixer notre regard sur nous mais sur Christ, afin de nous maintenir dans l’éclairage de la parole.

 

Nos yeux se ferment quant à ce qui nous concerne, pour s’ouvrir totalement sur Christ.

C’est ce qui découle d’Actes 9 lorsque Paul a rencontré le Seigneur sur la route de Damas. L’illumination de Christ a produit un aveuglement de trois jours sur son être entier ; il a été guéri par le Seigneur (utilisant Ananias afin de reconstituer l’éclairage total de l’homme nouveau par la parole de Christ).

 

Le gouvernement de l’ennemi se fait dans les ténèbres. Une personne qui est aveuglée est donc totalement gouvernée par l’ennemi. Ce gouvernement de l’ennemi produit automatiquement l’endurcissement du cœur à la parole.

 

A contrario, l’illumination doit produire aussi la domination de Christ. L’homme qui va être éclairé par la parole doit finir par se donner totalement à Christ. L’ennemi connaissant ce principe fait tout pour maintenir l’homme dans l’aveuglement avec tout ce qui le concerne dans le domaine terrestre.

 

Jean 12:40

Il a aveuglé leurs yeux; et il a endurci leur coeur, De peur qu’ils ne voient des yeux, Qu’ils ne comprennent du coeur, Qu’ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse.

 

Lorsque le cœur est endurci à la parole, on s’éloigne ainsi de Dieu. Christ nous montre dans ce verset de l’évangile de Jean l’un des effets de l’aveuglement qui est donc l’endurcissement du cœur.

 

Matthieu 13:15

Car le cœur de ce peuple est devenu insensible; Ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, De peur qu’ils ne voient de leurs yeux, qu’ils n’entendent de leurs oreilles, Qu’ils ne comprennent de leur coeur, Qu’ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse.

 

Que découle t-il de ce verset de Matthieu 13:15 ?

 

  • Qu’un aveugle spirituel ne peut pas se convertir

 

  • Il ne peut pas suivre Christ car il ne le voit pas

 

Ce qui est important à retenir c’est que Christ est venu guérir l’homme de l’aveuglement.

 

  • Le principe majeur de la guérison spirituelle consiste à voir Christ et donc à ne plus se voir mais voir Christ et lui donner la place centrale dans nos vies.

 

Les implications de ce qui ressort du passage de Matthieu 13:15 

 

  • L’ennemi a aveuglé l’homme en le centrant sur lui-même

 

  • L’aveuglement endurcit son cœur à la parole

 

  • Le but final de cet aveuglement est d’empêcher l’homme de voir Christ, d’avoir le regard focalisé sur Christ afin de comprendre du cœur et de se convertir pour une vraie guérison qui nous conduit à l’éternité de vie avec Dieu.

 

C’est finalement la conversion véritable à Christ qui est la preuve d’un début de guérison spirituelle véritable.

 

La conversion véritable

 

Dans le passage de Matthieu 13:15, le Seigneur nous fait comprendre qu’au fond la notion de conversion doit tenir compte de l’acceptation volontaire pour l’homme de céder sur tout ce qui l’aveuglait (à savoir lui-même) pour vraiment se tourner vers Christ, «car si l’homme voit des yeux il va entendre du cœur et se convertir». En d’autres termes si l’homme ne se regarde plus lui-même et regarde Christ, il va comprendre avec son cœur que c’est Christ qui doit prendre la place centrale et non lui, donc il doit volontairement accepter de céder sur tout ce qui est contenu dans son cœur et donner la place centrale à Christ dans ce même cœur.

 

En conclusion, nous ne pouvons plus définir la notion de conversion véritable sans tenir compte de la renonciation (Matthieu 16:24, Marc 8:34, Luc 9:23 et Luc 14:33).

 

Bref rappel sur la renonciation

 

La renonciation à soi est l’acte de volonté par lequel, une personne choisit d’abandonner tout ce qui est relié à sa personne ou à sa nature d’homme déchu, afin de permettre à la parole de Dieu d’avoir la suprématie totale pour nous communiquer la force nécessaire pour détruire l’égocentrisme.

 

Se convertir vient du grec epistrophê qui est l’action de se retourner, de se tourner vers.

La conversion est un changement complet d’orientation, une volte-face de l’être tout entier vers le Seigneur.

 

1 Thessaloniciens 1:9

Car on raconte, à notre sujet, quel accès nous avons eu auprès de vous, et comment vous vous êtes convertis à Dieu, en abandonnant les idoles pour servir le Dieu vivant et vrai.

 

Lorsqu’on se convertit, il y a un impératif d’abandonner une voie pour se tourner totalement vers une autre.

 

Il n’y a donc pas de conversion sans abandon, et ce que nous comprenons aujourd’hui c’est que l’abandon concerne principalement nous-mêmes, nos propres voies, notre moi qui au fond cache tout ce qui a empêché que l’église puisse réellement se tourner totalement vers Christ.

 

Lorsqu’on parle de nous, il ne s’agit pas simplement d’une petite habitude qu’on avait avant et qu’on a abandonné depuis qu’on connaît le Seigneur, il s’agit plutôt du cœur de l’homme qui est totalement gouverné par Dieu, il s’agit de l’égocentrisme de l’homme déchu qui est réellement anéanti.

 

Que remarquons-nous aujourd’hui ?

 

Des personnes qui ont accepté Christ mais qui ne sont pas converties. C’est pour cela que dans l’église aujourd’hui on a fait de l’acceptation délibérée une conversion, les peuples ont dit oui au Seigneur, d’autres ont même reçu le miracle de l’esprit, mais ce qui va permettre la conversion à Christ ne s’est pas fait.

 

Remarque :

 

L’exemple du peuple juif au désert dans 1 Corinthiens 10:6 nous montre qu’ils sont sortis d’Égypte mais n’ont pas pu atteindre Canaan la terre promise et sont tous morts au désert (la première génération). Dans leur marche on peut dire qu’ils ont accepté de sortir de la mort, ils ont dit oui pour quitter l’esclavage.

 

Pour nous aujourd’hui il peut s’agir d’une personne qui dit oui au Seigneur pour sortir de la mort, qui accepte mais qui pendant le processus ne se tourne pas totalement vers Dieu et ceci à cause des choses contenues dans son cœur.

 

La conversion nécessite la renonciation à soi, lorsqu’on accepte Christ et qu’on ne renonce pas à soi, on ne peut pas être réellement converti.

 

Dans l’église d’aujourd’hui, le peuple de Dieu est entretenu dans l’absence de renonciation par des faux enseignements ; donc le peuple de Dieu ne peut pas réellement marcher vers la victoire, il ne peut pas suivre Christ.

 

Matthieu 18:3

Et dit: Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux.

 

Quelle est la différence entre la conversion et la nouvelle naissance (le miracle de l’esprit) ?

 

  • En somme, la conversion est l’acte de l’homme qui se tourne vers Dieu, tandis que la nouvelle naissance est le miracle de la régénération que produit alors l’Esprit Saint dans son coeur. 

 

  • La conversion est parfois subite (comme celle de Paul, Actes 9:1-20), elle peut aussi prendre du temps.

 

  • Le plus important c’est de comprendre que pour entrer dans le royaume, il faut une vraie conversion, et elle ne peut pas se faire sans le miracle de l’esprit. Il est fort possible que les deux se fassent en même temps. 

 

  • La nouvelle naissance est le miracle de l’Esprit et elle est toujours instantanée.

 

En définitive, comment définir la conversion véritable ?

 

La conversion véritable ici c’est le fait pour l’homme qui écoute la parole de Christ et qui reçoit une illumination de son esprit (le miracle de l’esprit), de se déterminer à partir de ce qu’il a entendu, à renoncer à lui-même pour pouvoir accepter de suivre Jésus-Christ afin de lui donner la place centrale progressivement tout au long de sa marche avec Christ (par le moyen de la crucifixion de la chair et de la parole qui nous bâtit, c’est à ce niveau que se fait notre évolution et croissance dans le royaume de Christ) et ainsi permettre au Seigneur de le façonner par la parole, afin qu’il bénéficie totalement de la guérison spirituelle pour devenir un homme nouveau selon le modèle de Christ et apte à servir Dieu.

 

24 avril 2010

Apôtre NOUSSI