QUI SONT CEUX QUI PEUVENT PRODUIRE POUR CHRIST ? (Suite)

 

Voici en quoi consiste leur obéissance :

 

  • Être assidu à l’écoute, prendre au sérieux, étudier et chercher à comprendre

  • Se soumettre à la seule autorité de la parole de Christ

  • Être enraciné dans la parole

  • Renoncer toujours à soi-même pour ne pas donner accès aux obstacles à la parole

  • Persévérer dans la marche

  • Prendre la croix en ayant clairement la signification de notre nature déchue qui doit être anéantie

  • Suivre Jésus-Christ à la croix en se laissant façonner par la parole

  • Comprendre le concept de mourir avec Christ comme étant le début d’une victoire

  • Vivre la vie par la parole de Christ comme étant un choix que rien n’ébranlera

 

Ceux qui sont morts en eux-mêmes et dont le vieil homme n’agit plus

 

Notons que la chair est anéantie à la croix, la chair c’est l’expression de la mort. Nous devons savoir qu’avant l’anéantissement de la chair, nous exprimons la mort, il n’y a pas de neutralité spirituelle et la chair et l’esprit sont opposés selon

 

Galates 5:17

Car la chair a des désirs contraires à ceux de l’Esprit, et l’Esprit en a de contraires à ceux de la chair ; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez.

 

Personne ne peut exprimer en même temps l’esprit et la chair, c’est d’une impossibilité absolue.

Notons que tant que la semence de la mort n’est pas anéantie, l’homme est susceptible d’exprimer la chair, c’est seul le principe de la croix qui vient mettre fin définitivement à l’expression de la chair.

 

Lorsqu’on n’a pas réellement donné sa vie à Christ, les fruits que nous portons ce sont les fruits de la mort comme ce qui ressort de ce passage :

 

Romains 6:21

Quels fruits portiez-vous alors ? Des fruits dont vous rougissez aujourd’hui. Car la fin de ces choses, c’est la mort.

 

Après notre choix de marcher avec Dieu, notons que l’impératif pour nous, c’est de suivre Jésus-Christ à la croix, afin que nous soyons mis à mort avec Christ quant à tout ce qui nous condamnait devant Dieu (c’est à dire la chair), pour vivre maintenant par Christ en nouveauté de vie.

 

Romains 7:4

De même, mes frères, vous aussi vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi, pour que vous apparteniez à un autre, à celui qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu.

 

Les fruits pour Dieu sont des fruits après la résurrection. Ce sont les fruits dignes de la justice, car nous avons pleinement bénéficié de la justice de Christ en le suivant au lieu du « tout est accompli ».

Les fruits de la mort sont différents des fruits de la justice, la justice de l’homme de foi devant Dieu c’est Christ.

Lorsqu’on parle des fruits de la mort, il s’agit des œuvres de la chair.

 

Romains 7:5 

Car, lorsque nous étions dans la chair, les passions des péchés provoquées par la loi agissaient dans nos membres, de sorte que nous portions des fruits pour la mort.

 

Dieu désire que son peuple produise beaucoup de fruits et notre Seigneur est venu établir une nation productive pour Dieu, Dieu lui-même a tout donné pour permettre à son peuple de produire les fruits dignes de Christ.

Personne ne peut prétendre satisfaire Dieu s’il n’a reçu véritablement Christ afin de devenir capable de produire selon la justice de Christ qu’il a reçue.

 

Nous pouvons voir avec les passages suivants, la sévérité qu’il y a dans l’absence de production des fruits dignes de Christ.

 

Matthieu 3:10

Déjà la cognée est mise à la racine des arbres : tout arbre donc qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu.

 

L’expression « coupé et jeté au feu », révèle l’homme qui n’aura pas revêtu la nature divine, c’est à dire celui qui n’aura pas suivi Christ à la croix, car ce n’est qu’après la croix comme nous l’avons vu qu’on peut produire les fruits dignes de Christ.

En d’autres termes, on pourrait dire que tous ceux qui n’ont pas l’impact de la croix seront coupés et jetés au feu, car l’homme produit selon l’espèce qu’il est et pour produire les bons fruits selon Dieu, il faut mourir avec Christ et renaître par lui.

 

Matthieu 21:43

C’est pourquoi, je vous le dis, le royaume de Dieu vous sera enlevé, et sera donné à une nation qui en rendra les fruits.

 

Le Seigneur ici, rappelle qu’une nation incapable de produire des fruits dignes de Christ perdra le bénéfice du royaume de Dieu ; nous réalisons le sérieux de l’œuvre de Christ.

 

Matthieu 21:19

 Voyant un figuier sur le chemin, il s’en approcha ; mais il n’y trouva que des feuilles, et il lui dit: Que jamais fruit ne naisse de toi! Et à l’instant le figuier sécha.

 

Notons qu’Adam et Eve lorsqu’ils ont péché, une des choses qu’ils ont pris pour cacher leur nudité, c’étaient les feuilles de figuier.

Le figuier ici représente l’homme déchu et Dieu le Père avait prévu de le couvrir de la vie de l’agneau, cela représente la parole de Christ qui produit des fruits dignes de Christ.

 

La grande déception du Seigneur lorsqu’il approche donc l’arbre, c’est-à-dire une personne qui a reçu la parole, c’est de voir les mêmes feuilles de figuier que l’homme avait déjà utilisées dans le jardin pour se couvrir. Il voit les fruits de la mort, les œuvres de la chair, c’est alors que le Seigneur assèche le figuier de sorte qu’il perde même les feuilles, car celui qui cherchera à garder sa vie, la perdra.

 

Le producteur des fruits dignes de Christ c’est celui qui demeure en Christ et en qui Christ demeure

 

La production des fruits se fait tant que nous demeurons dans la parole et que la parole demeure en nous.

 

Notons que même si une personne a l’impact de la croix, le jour où elle s’écarte ou s’éloigne de la parole de Christ, elle perd tout, et sa condition devient tragique.

Nous remarquerons qu’au fond c’est Christ en nous qui produit les fruits dignes de lui, ce que nous avons à faire c’est d’incorporer la parole de Christ.

 

Jean 15

1  Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron.

2 Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit.

 

Notons que c’est celui qui dans un premier temps porte du fruit qui est émondé. En d’autres termes, seul celui qui reçoit réellement la parole de Christ peut être corrigé et réprimandé, peut changer, peut être transformé. Donc tout part de la parole que nous avons reçue, du moins si réellement nous l’avons reçue.

 

3 Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée.

4 Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi.

5 Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire.

 

(Il y a une relation allez retour pour produire les fruits, l’homme doit demeurer en Christ et Christ en lui).

 

6 Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche ; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent.

7 Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé.

 

C’est en demeurant en Christ et Christ en nous qu’on porte beaucoup de fruits.

 

Notons que l’individu n’a aucune part dans l’œuvre de Christ, c’est pourquoi seul celui qui obéit peut réellement servir Jésus-Christ car il va mourir avec lui, renoncer à lui-même, crucifier sa chair, obéir à la parole de Christ, marcher par l’esprit afin d’accomplir pour Dieu.

 

Apôtre Noussi

23 septembre 2007

2/2