COMPRENDRE LA NOTION DU SANG DE JESUS

 

 

Dieu ne veut plus que nous soyons ignorants quant à la notion du sang de Jésus-Christ.

 

Sur le plan naturel, on peut déterminer l’appartenance à une famille charnelle par le lien de sang. C’est la même chose dans le domaine spirituel, toutefois le rapport du lien se fera par rapport à la parole de Dieu.

 

Ceux qui mangent la chair et boivent le sang de Christ sont membres de la famille de Christ car ils demeurent en Christ. Jean 6, 56.

 

Toute personne qui veut bénéficier réellement de la notion de famille de Dieu, doit incorporer la parole de Christ mais avant cela, il faut naître d’eau et d’esprit comme on peut le voir dans Jean 3.

                                     

 

LE SANG DE JESUS-CHRIST VA ETRE BENEFIQUE A TOUS LES MEMBRES DE LA FAMILLE DE CHRIST

 

 

Qui peut devenir membre de la famille de Christ ?

Tous ceux qui écoutent la parole de Jésus-Christ et qui croient en lui, naissent d’eau et d’esprit et deviennent obéissants à Dieu par Jésus-Christ. Jean 1 :12.

 

Qui est réellement membre de la famille de Christ ?

C’est celui qui demeure en Christ et en qui Christ demeure, c’est celui qui est obéissant à Christ.

 

Luc 8, 21 

Mais il répondit : Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la mettent en pratique.

 

 

La puissance du sang de Jésus-Christ va agir pour celui qui veut devenir membre de la famille de Christ pour le conduire à la réconciliation avec Dieu, (il s’agit déjà de tous ceux qui acceptent la parole).

 

La puissance du sang de Jésus-Christ est réelle pour celui qui est réconcilié avec Dieu par l’impact de la croix, et qui est obéissant à Dieu par son obéissance totale à la parole de Christ, demeure en Christ et en qui Christ demeure.

 

Il ne s’agit pas d’un sang liquide naturel tel que nous le connaissons, mais il s’agit d’une compréhension spirituelle, il y a une notion spirituelle cachée derrière ce symbole du sang.

 

La vie de l’âme est contenue dans le sang nous pouvons voir par exemple que  pour prouver la mort de Joseph à Jacob son père, ses frères ont dû apporter les vêtements imprégnés de sang.

 

Genèse 37

31 Ils prirent alors la tunique de Joseph; et, ayant tué un bouc, ils plongèrent la tunique dans le sang.

32 Ils envoyèrent à leur père la tunique de plusieurs couleurs, en lui faisant dire: Voici ce que nous avons trouvé! reconnais si c’est la tunique de ton fils, ou non.

33 Jacob la reconnut, et dit: C’est la tunique de mon fils! Une bête féroce l’a dévoré! Joseph a été mis en pièces!

34 Et il déchira ses vêtements, il mit un sac sur ses reins, et il porta longtemps le deuil de son fils.

 

Christ va donner son sang pour l’homme déchu afin de prouver deux choses devant Dieu le Père :

 

Christ va donc prouver à Dieu que cet homme déchu est mort en apportant le sang de sa vie parce que sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon ensuite, Christ va prouver que celui qui était mort vit maintenant par sa vie  qui est la seule vie que Dieu agrée car son âme est reconstituée par le sang de Jésus-Christ.  

 

Donc le sang de Christ a une double fonction.

 

On comprend donc que le sang de l’animal était limité car il ne pouvait accomplir cette double fonction d’apporter la preuve de la mort, et surtout de donner la vie de Christ que le Père agrée. Le sang de l’animal était juste un transfert sur l’animal d’un péché ponctuel sans aucune garantie que l’homme ne va plus refaire la même chose.

 

 Qu’est ce que le sang ?

 

Le sang est un liquide vital circulant dans le corps, si indispensable à son existence qu’on peut dire : la vie réside dans le sang.

 

Lévitique 17

14 Car l’âme de toute chair, c’est son sang, qui est en elle. C’est pourquoi j’ai dit aux enfants d’Israël : Vous ne mangerez le sang d’aucune chair ; car l’âme de toute chair, c’est son sang: quiconque en mangera sera retranché.

 

Dans un sens purement spirituel, le sang c’est la vie car la vie de l’âme est contenue dans le sang, la preuve de la vie, c’est le sang. Lorsqu’on parle de vie, il faut distinguer l’existence terrestre de l’homme, et la vie spirituelle car l’âme est une dimension spirituelle. Nous avons vu avec Lévitique 17 que la vie de l’âme est contenue dans le sang !

Nous savons que les choses spirituelles ne sont pas palpables, elles sont intangibles, si l’âme est du domaine spirituel, le sang qui est vie de l’âme est aussi spirituel, alors le sang dans la notion spirituelle du terme, ne va plus être simplement un liquide rouge, mais il s’agira de « la destinée de l’âme », c'est-à-dire que l’âme qui revêt la vie de Dieu ou l’âme qui est dans la mort.

 

En définitive, on peut parler de sang pour illustrer la vie humaine exemple dans Jean 1, 12, le sang représente la vie humaine. Il veut donc dire que tu n’es plus né de la vie humaine mais de la volonté de Dieu.

 

Dans Jean 3, Christ dit à Nicodème qu’il faut naître d’eau et d’esprit pour faire comprendre qu’il ne s’agit plus de la naissance selon la vie humaine mais de la volonté de Dieu. Plus tard, Jean dira que trois choses rendent témoignage : l’esprit, l’eau et le sang, et ce sang est spirituel. Ce n’est plus uniquement l’eau et l’esprit, mais l’eau vient donc avec le sang qui ici symbolise la vie de Christ.

 

1 Jean 5, 6-8

6 C’est lui, Jésus-Christ, qui est venu avec de l’eau et du sang, non avec l’eau seulement, mais avec l’eau et avec le sang ; et c’est l’Esprit qui rend témoignage, parce que l’Esprit est la vérité.

7 Car il y en a trois qui rendent témoignage :

8 l’Esprit, l’eau et le sang, et les trois sont d’accord.

 

On peut aussi parler de sang lorsqu’on veut montrer « la destinée spirituelle de notre âme ». La notion de sang apporte finalement une double preuve, une preuve de fin d’existence de l’âme de l’homme déchu, une preuve de la nouvelle existence possible de l’âme de l’homme nouvellement créé en Jésus- Christ.

 

Christ a traversé le ciel et est allé vers Dieu le Père pour le pardon de nos péchés.

 

Hébreux 9

24 Car Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait de main d’homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu.

 

Notre Seigneur apporte la preuve du fait qu’on est mort (selon la condamnation de Genèse 2, 17, avec lui car nous avons renoncé, nous avons pris notre croix pour le suivre jusqu’au lieu de la crucifixion, là où sa côte a été percée pour nous faire naître.

 

Pour pouvoir invoquer la puissance de la vie du sang Christ, il faut déjà que tu aies reçu la prédication de la mort et de la résurrection de Christ.

 

Souvent dans l’église, on invoque un seul aspect du sang de Christ alors que pour que le sang de Christ soit bénéfique à l’homme, il lui faut cette double fonction : celle qui anéantit la mort, celle qui anéantit les dominations, puis celle qui communique la vie de Christ.

 

 

La compréhension de la notion du sang est très importante

 

C’est à la croix que tout est accompli. Le sang a été versé pour nous, non seulement celui qui ôte nos péchés, car il y a la preuve de l’accomplissement de Genèse 2.16, 17 de plus celui qui va accomplir la transmission de la vie de Dieu dans l’âme, car la nouvelle création se fait (esprit, âme, corps)

 

  • le sang nous réconcilie avec Dieu

  • le sang est le prix donné pour nous libérer Marc 10, 45

  • le sang nous rachète  Esaïe 53

  • le sang nous pardonne

  • le sang de l’alliance pour la vie éternelle Matthieu 26, 28 (car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés.)

 

Colossiens 2

13 Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses ;

14 il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la croix ;

15 il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix.

 

Nous remarquerons que c’est l’anéantissement de l’homme pêcheur qui va permettre que l’homme nouveau recréé en Jésus-Christ domine par la vie de Christ en lui.

 

Le sang de Christ versé à la croix ici est réellement bénéfique dans la vie de celui qui accepte de suivre Jésus-Christ jusqu’à la croix afin que par son obéissance à Christ, Dieu lui-même anéantisse toutes les plateformes démoniaques qui siègent dans l’ancienne nature.

 

Luc 9, 23 

Puis il dit à tous: Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge chaque jour de sa croix, et qu’il me suive.

Luc 14, 27 

Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut être mon disciple.

 

La puissance du sang de Christ ici c’est le sang qui vient anéantir les forces des ténèbres, et il faut noter que ne peut réellement invoquer cet anéantissement que celui qui a décidé de quitter les ténèbres par son obéissance totale à Jésus-Christ, d’où l’importance capitale de la renonciation selon Matthieu 16, 24.

 

Lorsqu’on parle de ténèbres, il s’agit de l’ancienne nature déchue de l’homme, celui qui d’entrée de jeu ne renonce pas à lui-même, ne peut quitter cette vieille nature, encore moins anéantir les forces des ténèbres par la puissance du sang de Christ.

 

Le sang et l’obéissance

 

Le sang comme l’obéissance lient l’homme, l’un exprime le lien naturel et l’autre le lien spirituel.

 

De même que sur le plan naturel, l’homme peut dire qu’il ne fait pas exprès d’appartenir à une famille charnelle à cause du lien du sang, de même sur la plan spirituel, les esprits peuvent dire qu’ils ont totalement le droit et ne font pas exprès de dominer ceux qui leur sont soumis par l’expression de la chair.

 

Comment apporter la preuve d’une filiation ?

La preuve de la filiation naturelle se fait par le sang et la preuve de la filiation spirituelle se fait par l’obéissance à Christ. 

 

Pour apporter une preuve de la filiation naturelle, l’homme peut donner son sang pour être analysé dans un laboratoire avec un autre sang, de même pour prouver notre filiation spirituelle avec Christ, il faut analyser notre obéissance à Christ avec la parole de Christ, dans le laboratoire des épreuves comme l’exemple de Job.

 

Sa filiation avec Dieu était prouvée par son obéissance totale à Dieu malgré tout ce qu’il avait pu subir comme épreuves, on remarquait que la parole de Dieu demeurait la même en Job.

 

Le lien de sang marque une filiation naturelle, et de même le lien de l’obéissance va produire une filiation spirituelle.

 

C’est pourquoi Paul nous dit :

 

Romains 6, 16 

Ne savez-vous pas qu’en vous livrant à quelqu’un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice ?

 

Ici parlant spécifiquement de l’obéissance soit au péché, (ce que nous appelons la désobéissance à Dieu), ou de l’obéissance à Christ pour la vie, (ce que nous appelons l’obéissance à Dieu), Paul nous fait comprendre qu’au fond il y a un lien qui se met en place selon qu’on se soumet à l’un ou à l’autre.

Et ce lien est aussi fort et puissant que le lien de sang.

 

La décision de se soumettre vient toujours de l’homme lui-même, car Dieu l’a créé avec le principe du libre choix, mais notons que pour quitter la soumission au péché et entrer dans la soumission à la justice de Dieu, il faut une délivrance que Christ opère par sa parole.

 

L’obéissance donc en définitive crée un lien de filiation spirituelle, c’est pourquoi l’homme Adam qui a désobéi à Dieu en obéissant au diable, a mis en place lui-même une filiation spirituelle qui permettait au diable de le dominer, c’est pourquoi on parle de fils du diable (Jean 8.44), c’est en réalité pour définir toute personne entretenant une relation de filiation par obéissance au diable et désobéissant ainsi à Dieu.

 

Romains 5

17 Si par l’offense d’un seul la mort a régné par lui seul, à plus forte raison ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce et du don de la justice régneront-ils dans la vie par Jésus-Christ lui seul.

18 Ainsi donc, comme par une seule offense la condamnation a atteint tous les hommes, de même par un seul acte de justice la justification qui donne la vie s’étend à tous les hommes.

19 Car, comme par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul beaucoup seront rendus justes.

 

Une chose importante à saisir ici c’est que l’homme Adam a commis une offense et a entraîné l’humanité dans la mort, c'est-à-dire que Adam a désobéi à Dieu et a obéi au diable, et ayant établi une filiation avec le diable, il a rempli la terre avec des êtres humains désobéissants par filiation naturelle comme lui.

 

L’homme naturel est désobéissant par filiation naturelle avec Adam, qui a établi avec le diable une filiation spirituelle par sa désobéissance à Dieu, (voir Ezékiel 28, fils du roi de Tyr, roi de Tyr).

 

Notre Seigneur Jésus-Christ a obéi totalement à Dieu, et par son obéissance, il va engendrer des hommes de foi obéissants comme lui à Dieu, ils deviennent ainsi ses frères selon les passages suivants :

 

Hébreux 2, 11

Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d’un seul. C’est pourquoi il n’a pas honte de les appeler frères.

 

Hébreux 2, 12

lorsqu’il dit: J’annoncerai ton nom à mes frères, Je te célébrerai au milieu de l’assemblée.

 

Hébreux 2, 17

En conséquence, il a dû être rendu semblable en toutes choses à ses frères, afin qu’il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l’expiation des péchés du peuple.

 

La filiation du lien de sang que l’homme de foi aura avec Jésus-Christ, ce sera par rapport à son obéissance totale à la parole de Christ qui va l’engendrer spirituellement et faire de lui un homme spirituel qui est à l’image de Christ et bénéficie totalement du pouvoir du sang de Christ.

 

Le sang prouve l’appartenance à une même famille naturelle, l’obéissance prouve l’appartenance à une même famille spirituelle.

 

En définitive, le sang de Jésus-Christ est bénéfique aux personnes obéissantes à Christ.

Il convient de noter que Christ est offert pour l’humanité, et a donné son sang pour réconcilier l’homme avec Dieu.

Il ne faut pas confondre le critère de l’offre qui est gratuit, et le critère de l’appropriation de l’offre qui nécessite le choix de l’homme et son obéissance à Christ.

 

Le sang et l’obéissance sont deux notions, dont l’une est à la base de la filiation naturelle, et l’autre à la base de la filiation spirituelle.

 

Pour faire naître dans la première création un pécheur comme nous- mêmes, il faut simplement qu’il naisse de nous, pour avoir avec nous le lien de sang.

Dans la nouvelle création en Jésus-Christ, pour faire naître un homme spirituel, il faut simplement lui communiquer l’obéissance totale à Christ, bien sur par la parole de Christ et son esprit.

 

On comprend ici les difficultés de Nicodème à saisir la filiation spirituelle qui donne droit au royaume de Dieu, Jean 3. Il réfléchissait selon la filiation naturelle qu’il voulait appliquer telle quelle à la filiation spirituelle. Pourtant les modalités ne sont pas pareilles.

 

La réconciliation avec Dieu va s’opérer par Jésus-Christ par le sang de sa croix, parce que l’homme spirituel obéissant ne peut pas exister tant que l’homme naturel désobéissant n’est pas anéanti, donc c’est à la croix que le vieil homme va laisser la place à l’homme nouveau.

 

 

Dieu reconnaît l’homme de foi comme étant de la famille de Jésus Christ à cause de son obéissance à Christ.

C’est par l’obéissance d’un seul que nous entrons dans la vie.

 

Apôtre Noussi

19 AOUT 2007