ACCEPTER JÉSUS-CHRIST EST DIFFÉRENT DE SUIVRE JÉSUS-CHRIST

 

Lorsqu’on parle de la foi comme venant de la parole de Dieu qu’on entend, c’est en même temps l’outil du salut de notre âme, et l’outil de notre fonctionnement et de notre vie avec Dieu. Il faut noter que par elle aussi, l’homme apprend à nouveau à voir les choses comme Dieu les voit, et pour cela il doit volontairement refuser de se borner sur ses positions et ses pensées personnelles afin de se laisser conduire totalement par l’esprit de Dieu qui agit puissamment par la parole qu’il entend lorsque son cœur a saisi le PRINCIPE DE L’OPPOSITION ABSOLUE DES PENSEES DE DIEU ET LES PENSEES DE L’HOMME DECHU.

 

 

Cette compréhension depuis un cœur qui désire véritablement la vie, va réellement recevoir dans ce cœur la parole de Dieu en ayant accepté d’avance à ne pas vouloir associer l’inassociable c'est-à-dire ses propres pensées et son moi avec les pensées de Dieu.

 

D’où le grand principe de la renonciation à soi pour suivre Jésus-Christ.

 

Pour accepter Jésus-Christ, il suffit d’accepter sa parole et de lui ouvrir son cœur.

 

Généralement l’homme accepte la parole de Jésus-Christ tant qu’elle n’a pas encore montré la place qu’elle doit occuper en lui.

 

Lorsqu’au fur et à mesure de l’écoute de la parole, l’homme remarque que la place définie par Dieu c’est la place centrale, il commence à voir « la forteresse de ses positions, de son moi, de ce qu’il est en réalité », et devant cette situation, Dieu parle maintenant de le suivre, il dira donc à toute personne qui veut le suivre, de renoncer selon Matthieu 16, 24 afin de le suivre.

 

Qu’est-ce que cela signifie ? Pour recevoir Christ, il faut accepter sa parole, mais lorsque l’homme reçoit cette parole et que cette parole n’a pas encore montré la place que Dieu veut occuper dans sa vie, il reçoit la parole avec joie et le jour où cet homme comprend que Dieu veut occuper la place centrale c’est alors qu’il va réfléchir et choisir à ce moment précis de se donner réellement à Dieu, c’est-à-dire renoncer à lui-même et suivre Jésus-Christ.

Et celui qui réalise cela, va voir la forteresse de ses positions, voir la forteresse de ton moi, mais tant que l’homme n’a pas encore réalisé, il verra la parole toujours de loin ! 

 

En réalité nous réalisons qu’accepter Jésus-Christ et suivre Jésus-Christ sont deux paliers différents de notre processus d’évolution dans la parole de Dieu.

 

C’est donc l’homme qui va réellement par la renonciation suivre Jésus-Christ comme il l’a dit, qui pourra réellement entrer dans la manière de voir de DIEU par sa renonciation, et Dieu va donc lui-même changer les yeux de son cœur, et lui donner par sa parole le regard fixé sur Jésus-Christ.

 

En définitive nous comprenons que sans la renonciation véritable notre fonctionnement dans le monde de la foi sera toujours limité puisque que la FORTERESSE DE NOUS- MEMES VOUDRA TOUJOURS S’ELEVER CONTRE DIEU.

 

Pourquoi forteresse de nous-mêmes ?

 

Dieu nous dit dans Esaïe 55, 8

 

7 Que le méchant abandonne sa voie, Et l’homme d’iniquité ses pensées; Qu’il retourne à l’Eternel, qui aura pitié de lui, A notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner.

8 Car mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, Dit l’Eternel.

9 Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, Et mes pensées au-dessus de vos pensées.

 

Les pensées de Dieu ne sont pas nos pensées, de plus Jésus-Christ durant le ministère terrestre pouvait dire à Pierre que ses pensées sont les pensées du diable.

 

Matthieu 16, 23

23  Mais Jésus, se retournant, dit à Pierre: Arrière de moi, Satan! Tu m’es en scandale; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes.

 

Pierre n’est pas le diable mais ses pensées sont celles du diable.

 

Au fond Jésus-Christ est venu nous donner la vie, nous bâtir, nous ramener à Dieu, s’il le dit à Pierre, c’est en réalité parce qu’il veut que Pierre qui a accepté de le suivre sache comment le diable fait pour agir et nuire à l’homme qu’il est venu délivrer.

C’est Jésus-Christ qui va par la parole donner à Pierre la forme de pensée de Dieu, mais avant cela, il faut que Pierre réalise que ce qu’il pense, et ce qu’il porte dans son cœur viennent du fait que l’homme avait désobéi à Dieu et a mangé l’arbre de la connaissance du bien et du mal.

 

L’homme déchu aujourd’hui est dans son cœur et sa tête et toutes ses conceptions, le produit de cet arbre qui lui a transmis la mort dans l’âme.

 

Jésus-Christ est venu nous donner l’arbre de la vie à manger, et celui qui ne réalise pas d’abord que l’homme déchu a tout perdu de Dieu, et que même sa manière de concevoir n’a rien à voir avec celle de Dieu, ne peut pas réellement bénéficier de l’action de Dieu dans son cœur et pour cela il doit certes accepter Jésus-Christ mais surtout le suivre pour que Christ puisse le bâtir.

Apôtre Noussi

08 MARS 2009