COMMENT LES DOMINATIONS REGNENT-ELLES PAR LA CHAIR ?

 

Qu’est-ce qu’une domination et autorité ?

 

Dans l’Ancien Testament, domination est synonyme de règne, c'est-à-dire de l’exercice du plein pouvoir.

 

Dans le Nouveau testament, la domination ne signifie plus seulement le règne, mais elle désigne aussi les puissances célestes démoniaques que Jésus-Christ notre Seigneur a vaincues à la croix et qui seront détruites lors de la remise du royaume à son Père.

 

Colossiens 2:15

il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix.

 

1 Corinthiens 15:24

Ensuite viendra la fin, quand il remettra le royaume à celui qui est Dieu et Père, après avoir détruit toute domination, toute autorité et toute puissance.

 

Autorité signifie avoir le pouvoir légitime, réel et libre d’agir, de posséder, de contrôler, d’user ou de disposer de quelque chose ou de quelqu’un. 

 

Qu’est-ce que la chair ?

 

1) La chair

 

Le mot chair désigne tous les êtres faits de chair : l’homme et les animaux inférieurs, mais surtout l’homme dans sa vulnérabilité d’homme déchu.

 

Il peut s’agir aussi soit du corps d’un homme (la substance du corps vivant, qui recouvre les os et qui est irriguée par le sang), soit de l’homme, soit des animaux.

 

La chair désigne aussi toute personne, toute existence humaine (Jean 17:2), ou encore une créature vivante (parce que possédant un corps de chair) que ce soit homme ou animal.

 

2) La chair

 

La nature humaine privée de l’Esprit de Dieu, dominée par les appétits qui asservissent les facultés intellectuelles, les sentiments, la volonté et aussi le corps.

 

Romains 7:5

Car, lorsque nous étions dans la chair, les passions des péchés provoquées par la loi agissaient dans nos membres, de sorte que nous portions des fruits pour la mort.

 

Romains 8:5-7

5 Ceux, en effet, qui vivent selon la chair, s'affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l'esprit s'affectionnent aux choses de l'esprit. 6 Et l'affection de la chair, c'est la mort, tandis que l'affection de l'esprit, c'est la vie et la paix; 7 car l'affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu'elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu'elle ne le peut même pas.

 

La nature animale de l’homme déchu avec ses désirs impérieux qui incitent au péché, la chair. La nature terrestre de l’homme séparé de l’influence divine et prompt au péché et à l’opposition à Dieu.

 

Galates 5:16-18 ; 22-25 ; Romains 8:2, 4 ; 12-13

 

Comment les dominations règnent par la chair ?

 

Elles règnent par la chair en passant par les désirs. Nous avons défini la chair comme la nature humaine de l’homme déchu, dont la caractéristique première est qu’elle est dominée par les appétits qui asservissent les facultés intellectuelles, les sentiments, la volonté et aussi le corps.

 

Remarquons que les dominations règnent par les appétits de l’homme déchu, ou encore par ses désirs, c’est alors qu’on parle d’accomplir les désirs de la chair ou encore de faire régner le diable en nous.

Galates 5:24

Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.

 

Remarquons que ceux qui sont en Jésus-Christ, suivant ce passage de Galates 5:24, ont crucifié leur chair, c’est alors que nous pouvons comprendre pourquoi et comment ceux qui sont en Jésus-Christ dominent l’esprit du malin qui est dans le monde.

 

Qu’est-ce qu’un désir ? Qu’est-ce qu’une convoitise ?

 

Le désir est une envie impérieuse, (d’une manière pressante qui exige satisfaction) de quelque chose ou de faire quelque chose. L’exigence nous fait penser à un ordre donné ou un impératif de satisfaire le désir.

Quoique étant invisible, l’ordre est bien réel, et passant par le désir, nous sommes sommés et intimés d’accomplir et de satisfaire l’ordre qui émane de la chair.

 

La convoitise est un désir immodéré de posséder une chose.

 

L’homme se meut dans son existence par ses désirs. Tout part du désir. C’est l’empressement et l’envie de satisfaction qui sont contenus dans le désir qui donnent la direction dans les agissements de l’homme. Ses pensées, sa volonté, son moi réel vont émettre des ordres qui seront transportés en vue d’une exécution externe par le désir que l’homme ressent.

 

Le désir est le moyen de promulgation des ordres provenant de l’âme, en vue d’une exécution.

 

L’âme étant du domaine de l’invisible, pour discerner la domination ou l’autorité qui règne en nous, il faut se pencher sur l’organe de promulgation qui est le désir.

 

C’est pourquoi dans Galates 5:16-17, Dieu nous fait remarquer que la chair a des désirs contraires à ceux de l’esprit. Car ne pouvant voir visiblement ni la chair, ni l’esprit, on peut néanmoins ressentir le désir et voir son accomplissement.

 

Romains 13:14

Mais revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ, et n’ayez pas soin de la chair pour en satisfaire les convoitises.

 

La parole nous recommande de ne pas avoir soin de la chair pour en satisfaire les convoitises. Seul celui qui crucifie sa chair peut réellement vivre un refus constant de satisfaire ses convoitises.

 

Ephésiens 2:3

Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres…

 

Ici Paul rappelle la situation dans laquelle était le peuple de Dieu avant d’avoir connu Christ. Ils étaient soumis aux volontés de la chair et de leurs pensées.

 

Celui qui fait toute chose selon ses propres pensées, peut être très surpris de voir que Dieu le traite d’homme charnel, lorsqu’il ne pose pas les actes que le monde même qualifie de péché comme par exemple, «voler», alors que devant Dieu, il est en pensée éloigné de lui à cause de sa soumission à ses propres pensées et volontés.

 

Seule la croix peut l’anéantir, pour rendre l’homme réellement dépendant de Dieu et soumis à Dieu seul, car il lui faut crucifier la chair contenue dans les pensées et sa volonté.

 

Ephésiens 4:22

à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses

 

Ici on peut remarquer que le vieil homme se corrompt par les convoitises trompeuses, en ce qu’elles servent à maintenir et entretenir la vieille nature dans la perdition.

 

Tite 3:3

Car nous aussi, nous étions autrefois insensés, désobéissants, égarés, asservis à toute espèce de convoitises et de voluptés, vivant dans la méchanceté et dans l’envie, dignes d’être haïs, et nous haïssant les uns les autres.

 

Comprenons bien que c’est par là que les dominations et autorités démoniaques règnent.

 

1 Pierre 1:14

Comme des enfants obéissants, ne vous conformez pas aux convoitises que vous aviez autrefois, quand vous étiez dans l’ignorance.

 

Pierre exhorte à ne pas se conformer, c'est-à-dire à se soumettre aux convoitises comme le font les ignorants.

 

1 Pierre 2:11

Bien-aimés, je vous exhorte, comme étrangers et voyageurs sur la terre, à vous abstenir des convoitises charnelles qui font la guerre à l’âme.

 

Réalisons que la convoitise est aussi un outil de guerre dont l’ennemi se sert pour faire la guerre à l’âme. Christ est venu nous donner la victoire en anéantissant toute convoitise par la crucifixion de la chair.

 

Comment les convoitises charnelles font la guerre à l’âme ?

 

Nous allons voir dans la parabole du semeur comment l’ennemi vient combattre la pénétration de la parole en l’homme. Notons bien que seule la parole de Dieu intéresse l’ennemi, car c’est elle qui donne la vie à nos âmes. Il fait tout pour empêcher que l’homme quitte la mort.

Nous allons voir qu’il y a plusieurs étapes qui précèdent l’étape de la guerre interne menée directement dans l’âme.

               Marc 4:14-19

                    14 Le semeur sème la Parole.

 

Il s’agit ici de l’écoute de la parole par toute personne et plusieurs situations sont possibles.

 

15 Les uns sont le long du chemin, où la parole est semée ; quand ils l’ont entendue, aussitôt Satan vient et enlève la parole qui a été semée en eux.

 

Première situation : l’écoute ici est limitée au seul moment où on entend la parole. Juste après le diable vient et enlève la parole qu’il vient d’entendre. Remarquons que l’âme de la personne n’a même pas été visitée par la parole, elle n’a pas eu le temps d’entrer que l’ennemi a déjà pris. C’est avec joie que les démons entourent une telle personne car leur activité d’empêcher la pénétration est réussie à cent pour cent.

 

16 Les autres, pareillement, reçoivent la semence dans les endroits pierreux; quand ils entendent la parole, ils la reçoivent d’abord avec joie; 17 mais ils n’ont pas de racine en eux-mêmes, ils manquent de persistance, et, dès que survient une tribulation ou une persécution à cause de la parole, ils y trouvent une occasion de chute.

 

Deuxième situation : la parole est reçue avec joie, mais dans nos cœurs, il y a des situations difficiles, des choses qui nous accaparent et puisque nous ne travaillons pas la parole, nous n’avons pas de racines, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de profondeur, la parole n’arrive pas là où elle doit commencer un traitement de l’âme. Elle reste juste superficielle pour nous, et le jour où nous avons un souci à cause de la parole, les situations qui sont en nous dominent, car elles n’ont pas été touchées par la parole.

 

18 D’autres reçoivent la semence parmi les épines; ce sont ceux qui entendent la parole, 19 mais en qui les soucis du siècle, la séduction des richesses et l’invasion des autres convoitises, étouffent la parole, et la rendent infructueuse.

 

Cette troisième situation nécessite que la parole y arrive avec les principes de victoire pour triompher, car c’est une situation véritable de guerre.

 

Remarquons que dans la parabole du semeur, lorsque la parole qui a été semée a franchi la première étape qui est celle de la compréhension, puis la deuxième étape qui est celle d’un travail soutenu pour que la parole pénètre nos profondeurs, c’est alors qu’elle arrive véritablement dans l’âme et trouve une situation critique conflictuelle qui nécessite le passage à la croix pour anéantir les penchants charnels.

 

«L’invasion des autres convoitises étouffent la parole».

Ce terme rappelle une situation de guerre, la guerre entre la parole et les soucis du siècle, la séduction des richesses, l’invasion des autres convoitises. Vivant en nous cette situation de guerre, réalisons qu’il n’y a que la victoire de Christ pour renverser le camp adverse.

 

Cette guerre que les convoitises font à l’âme, est la bienvenue pour l’église capable de vaincre, qui par sa foi a reçu les capacités de crucifier convenablement sa chair en mourant avec Christ pour vivre avec lui.

 

C’est alors que l’église capable de vaincre ne va pas accomplir les désirs de la chair, mais marchera par l’esprit et accomplira les désirs de Dieu.

16 Juillet 2006

Apôtre Noussi